30 Avril, Cadaqués

Notre départ de Barcelone, a été précipité pour profiter du bon vent jusqu'à Cadaqués, et anticiper le coup de Mistral prévu pour le week-end. La Méditerranée n'est pas à prendre à la légère, elle est insoumise et lunatique. Quand souffle le vent, Tramontane ou Mistral, c'est une mer déchaînée et dangereuse qui se forme. Le Cap Creus c'est le Cap Horn des méditerranéens. Impossible de le passer en remontant vers le nord quand souffle la tempête. Le vent s’intensifie à cause des montagnes qui se jettent dans la mer, celle-ci devient grosse avec des vagues intrépides et des creux impressionnants.

C’est Soleil, notre ami de Saint Barth qui nous a vivement conseillé de nous y arrêter et la belle Bara nous sert de guide, avec beaucoup d’enthousiasme et ce grain de folie qui nous rappelle que nous sommes dans la ville de la démesure, le port d’attache de Salvador Dali.

Nous voilà à l'abri dans ce joli petit port de Cadaqués. Une enclave dans la côte rocheuse. La chaîne des Pyrénées vient se perdre dans ces eaux translucides. Le port est calme. Très peu de bateau en ce début de saison. Nous sommes seuls, la baie nous appartient. On a jeté l'ancre au pied de l'église qui domine la baie. Elle veille sur les quelques milliers d'habitants de cette petite ville aux maisons blanches et aux volets bleu, le bleu de Cadaqués, un azur particulier qui ressemble à cette mer baignant la côte. Ici pas de grandes constructions. Le parc naturel protège la région aussi bien à terre qu'en mer.

C'est un petit bijou qu'a découvert le peintre Salvador Dali. Il a trouvé ici des lumières particulières pour composer ses toiles. Auparavant, cette baie a abrité pêcheurs et pirates. C'est un endroit stratégique, placé à la pointe orientale de l'Espagne. Au large, les eaux sont riches, les poissons viennent s’y nourrir dans les courants sous-marins. Les pirates pouvaient, du haut des montagnes, repérer facilement les navires qui croisaient au large. Cachés dans la rade abri, ils surgissaient et pillaient les navires remplis de trésors.

Le Cap Creus, avec ses roches sorties du centre de la terre, impose sa force. Une côte très découpée où de nombreuses petites calanques se transforment en refuges pour les pêcheurs. Au fond de l'une d'elles, Dali y a bâti sa maison, les pieds dans la mer.

Fleur Australe se repose dans la baie. La lune rousse nous éclaire et donne à cet endroit une ambiance insolite, une lumière particulière. Nous sommes un bateau pirate guettant un galion chargé d'or ou d'amphores…

L'escale est trop courte pour découvrir toutes les saveurs de cette terre subtile. Nous chargeons les cales d'huile d’olive et de jambon, souvenirs de la terre Catalane.

Demain la Tramontane soufflera en tempête à plus de 40 nœuds. Il est temps de partir et la cité phocéenne nous attend avant que trop fort, ne souffle le Mistral.

fa 20160430 01

Une petite calanque

fa 20160430 01

Le capitaine au cap Creus, par temps calme

fa 20160430 01

Le Cap Creu, une vrai frontière en Méditerranée

fa 20160430 01

Fleur Australe dans la baie de Cadaqués

fa 20160430 01

Un bateau pays dans la baie

fa 20160430 01

Les filles en promenade

fa 20160430 01

Petit village de pêcheur et de pirate

fa 20160430 01

La Fleur se dessine entre les ruelles

fa 20160430 01

L’église domine le port