19 Mai, Réserve des bouches de Bonifacio

Nous pénétrons dans une faille taillée dans de spectaculaires falaises de calcaire blanc, c’est le port de Bonifacio ! Son entrée est bien cachée au fond du fjord, et la ville, comme un trésor, est accrochée à ses falaises. Sculptées par le vent et les embruns, elles abritent des calanques merveilleuses, des criques paradisiaques et des plages féeriques.

Ulysse, le Héros d’Homère dont nous suivons les traces, aurait livré sa bataille contre les Lestrygons, un peuple de géants anthropophages, à l’entrée du célèbre goulet de Bonifacio. Il est écrit dans l’Odyssée « Un port bien connu des marins : une double falaise, à pic et sans coupure, se dresse tout autour, et deux caps allongés qui se font vis-à-vis au-devant de l’entrée en étranglent la bouche ». La description ne trompe pas !

Nous jetons les amarres au pied de la citadelle. A peine arrivée je file vers la vielle ville, perchée sur la falaise. Je franchis la colossale porte de Gènes et me glisse dans les ruelles, savourant chaque seconde, je passe de l’ombre à la lumière et me laisse enivrer par les effluves d’immortelles. Quelques chants Corse me parviennent du fin fond d’une ruelle et mes yeux s’embuent au détour d’une place.

Cet après-midi nous avons rendez-vous avec Olivier Bonnenfant de la Reserve Nationale des bouches de Bonifacio. Nous devons aller faire un suivi en plongée, sur les îles Lavezzi. Il s’agit de vérifier si la posidonie, véritable déesse de la Méditerranée, repeuple les eaux, depuis que les ancrages ont été limités. La posidonie est une plante à fleur qui consomme du dioxyde de carbone et produit donc de l’oxygène. Dotée d’une bonne capacité de photosynthèse, grâce à sa grande surface foliaire, on a mesuré dans des eaux claires, jusqu’à 14 litres par m² d’oxygène produits par 24 heures. On l’appelle « le poumon bleu » car elle apporte à l’échelle de la Méditerranée autant d’oxygène que la forêt amazonienne. C’est le plus vieil organisme vivant. Aux Baléares certains herbiers ont 85000 ans, alors que les plus vieux coraux ont 20 000 ans. Elle a 3 rôles essentiels :
1/ produire de l’oxygène,
2/ servir de lieu de reproduction à de nombreuses espèces de poissons,
3/ abriter les juvéniles.
Menacée par le chalutage et par l’ancrage, cette plante, endémique de Méditerranée, est prioritaire sur le plan de la protection, d’autant qu’elle abrite la grande nacre qui peut mesurer plus d’un mètre, et qui est inféodée à l’herbier. On comprendra pourquoi, depuis que je sillonne cette mer Méditerranée, je n’entends parler que d’elle. C’est l’étoile incontestée de ces eaux translucides et il faut à tout prix la protéger !

En fin de journée, nous relâchons devant l’île Lavezzi, le point le plus méridionale de la Corse, entre ciel et mer. L’archipel du même nom, regroupe une dizaine d’îles aux eaux turquoise et au sable blanc. Elles sont incluses dans la réserve naturelle des bouches de Bonifacio qui participe avec le parc national de l’archipel de la Maddalena en Sardaigne, à un projet de parc marin transfrontalier. L’île abrite deux cimetières où sont enterrés les malheureux naufragés de la Sémillante et un petit monument érigé, en leur mémoire.

En effet, le 15 février 1855 les 773 militaires de la Sémillante, frégate trois mats de la marine nationale, partis de Toulon pour rejoindre la guerre de Crimée, périrent dans ces eaux à 10°, après avoir essuyé un terrible coup de vent. Seuls le corps du commandant et de l’aumônier furent reconnus grâce à leurs habits. Les autres reposent anonymement dans le paisible cimetière de l’île. Alphonse Daudet, dans ses Lettres de mon moulin, livre un récit de ce naufrage qui reste à ce jour, l’une des plus importantes catastrophes maritimes de la Méditerranée.

fa 20160519 01

En partant de Girolata, en face de nous le mont Senino 618 mètres

fa 20160519 01

Le phare d'entrée du port de Bonifacio

fa 20160519 01

Au port de commerce, un quatre mat

fa 20160519 01

Laura et Marion ont mis leur combinaison, l'eau est à 16°C, un peu fraiche...

fa 20160519 05

Fleur Australe au pied de la citadelle de Bonifacio

fa 20160519 01

L'entrée du port, un goulet très étroit

fa 20160519 01

En compagnie de l'équipe de la réserve naturelle sur le site de surveillance de la posidonie

fa 20160519 01

Le monument en hommage aux 700 naufragés de la Sémillante

fa 20160519 01

Nous longeons les falaises au pied de la ville

fa 20160519 01

Aux îles Lavezzi, mouillage calme et solitaire

fa 20160519 01

La tombe de l'aumônier, reconnu grace à ses vêtements

fa 20160519 01

L'un des deux cimetières où reposent les corps retrouvés après le naufrage de la Sémillante

fa 20160519 01

Petite baie avec ses cailloux de granit.

fa 20160519 01

Deux goélands surveillent le mouillage