24 février : Canal de Suez

Dans cette partie du monde, l'arrivée en bateau est toujours compliquée, et il est difficile de faire le tri dans tout ce que l'on entend ; terrorisme, kidnapping, backchich et faire au mieux pour passer les méandres des autorités. Prendre son temps, garder son calme et faire appel à un agent qui saura mieux que vous, discuter, obtenir les bons papiers et éviter que votre dossier ne reste en bas de la pile.

Félix nous a été fa 2017 02 24 01recommandé et s'est avéré efficace dans les démarches. Nous avons eu besoin d’un guide pour aller tamponner nos passeports et les visas que nous avions pris soin d'obtenir à Paris. Les différentes autorités sont passées à bord, l'armée, le sanitaire, la jauge du bateau, quelques-fois fort tard dans la nuit, quand tout le monde dormait. Il nous manquait le pilote qui devait nous accompagner dans le canal, prévu à 6h00 du matin il est arrivé tambour battant à 5h00. Un grand costaud avec une voie forte et qui a voulu prendre le dessus sur l'équipage. Il a failli repartir mais après lui avoir dicté les règles du bord… il s'est calmé et nous avons largué les amarres sous les lumières de la ville qui se réveillait au son de la prière.

Le passage du canal est organisé en convois pour les cargos, environ 30 bateaux, qui ne peuvent se croiser que dans certaines parties où ce dernier a été doublé pour faciliter et augmenter le nombre de passages. Fleur Australe se faufile dans le sillage de ces bateaux qui viennent comme nous de la Méditerranée pour rejoindre la Mer Rouge.

Nous serrons la berge pour laisser passer ces mastodontes d'acier. Le pilote donne les ordres, un peu à droite, un peu à gauche. Le capitaine obtempère. Le soleil se lève et son lobe orangé émerge des dunes. La brise venant du large est très fraîche.

Le canal a été creusé dans le sable du désert. Le premier projet est très ancien et remonte au temps de Ramsès II au 12ème siècle avant Jésus Christ. 600 ans après, un premier canal a été creusé mais n'a pas été entièrement terminé à la suite de conflits. Ce canal était relié au Nil et utilisait comme aujourd'hui un grand lac au milieu de l'isthme. C'est la partie sud, entre le lac et la Mer Rouge qui n'a pas été terminée. Sous Napoléon, un autre projet a été envisagé mais n’a pas vu le jour car un ingénieur pensait que la mer, à Suez, était 10 mètres plus haute que la Méditerranée. Ce n'est qu'en 1830 que l'on s'est aperçu de l'erreur, la Méditerranée et la Mer Rouge étaient bien au même niveau. En 1859, Ferdinand de Lesseps, obtient la concession du canal et commence les travaux qui dureront 10 ans avec 25 000 paires de bras pour le creuser.

En 1956, les égyptiens récupèrent de force les droits du canal, ce qui donne lieu à la Crise de Suez. L'isthme est fermé pendant un an. Entre 1967 et 1973, les conflits entre arabes et israéliens provoquent sa fermeture pendant 8 ans. En 1966, 70 % de bateaux qui passaient le canal étaient des tankers. Pour faire face à ce problème on a construit des super tankers. Aujourd'hui le canal voit passer plus de soixante bateaux par jours.

Pour nous c’est un arrêt obligatoire à Ismalia, une ville créée pour les expatriés français employés à la construction du canal. Une jolie petite cité, avec de belles maisons et de beaux jardins. Nous y passons la nuit et à 6h00 c'est un nouveau pilote qui nous rejoint. Nous appareillons pour reprendre notre chemin à travers les lacs et la dernière partie du canal avant d'arriver à Suez et d'entrer en mer Rouge. Des pêcheurs sur leur petite barque à rame, posent des filets dans les eaux du lac. Le canal est très surveillé, l'armée patrouille le long des berges, des caméras et un mur de plusieurs mètres de haut le protège d'éventuelles attaques de pirates, c'est un endroit stratégique. Nous croisons le convoi des bateaux partis de bonne heure de Suez. Dans la file, le CGM La Pérouse, porte-container français immatriculé à Marseille, nous salut. Il s'en va, chargé de plus de dix milles containers, desservir les ports d'Europe. Un autre le CGM Chopin repart vers l'Asie. Avec eux, d'autres cargos, transporteurs de voitures, tankers, transporteurs de gaz, etc. Le trafic entre l'Europe, l'Asie et la côte Est de Etats-Unis ne s'arrête jamais.

Suez. Le soleil se couche sur le North Galala plateau haut de 1500 mètres. La terre semble aride, désertique. Un long balai de cargos parsème la baie, certains au mouillage attendent les autorisations, d'autres s'en vont et la nuit s'éclaire de leur lumière. Le Lion trône haut dans le ciel. On comprend sa force dans ce pays ou le sphinx a eu les plus beaux visages.

fa 2017 02 24 01

fa 2017 02 24 01

fa 2017 02 24 01

fa 2017 02 24 01

fa 2017 02 24 01

fa 2017 02 24 01

fa 2017 02 24 01

fa 2017 02 24 01

fa 2017 02 24 01

fa 2017 02 24 01

fa 2017 02 24 01

fa 2017 02 24 01

fa 2017 02 24 01

fa 2017 02 24 01