2017-03-01 - Au fil du Nil

Le soleil se couche sur le désert et dans les roseaux les derniers pêcheurs relèvent leurs filets. Dans le ciel, la Lune et Vénus sont voisines. Joseph notre guide nous chante des chansons égyptiennes, accompagné de son luth en bois de rose. Nous avons abandonné notre navire Fleur Australe, car il est impossible de remonter le Nil. Des ponts au niveau du Caire, nous auraient empêchés d’aller plus loin dans le fleuve.

Long de 6500 km, fa 2017 03 01 13il prend sa source dans deux lacs, le Victoria donnant naissance au Nil Blanc, et le Tana donnant naissance au Nil Bleu. C’est donc de pays lointains, du Kenya pour le Nil Blanc et d’Éthiopie pour le Nil Bleu, que viennent les eaux du grand fleuve. A Khartoum au Soudan les deux Nils se rejoignent et rentrent en Egypte pour parcourir 1280 kilomètres avant de se jeter dans le delta, dans la Méditerranée. Une importance capitale pour ce pays à 96% désertique. « L’Egypte est un don du Nil » me glisse discrètement, Walli, notre hôte.

L’activité humaine sur les rives du Nil remonte au néolithique (10 000-6000 av J.C.). Les pharaons y règnent pendant plus de 3000 milles ans. C’est l’époque de la construction des pyramides et des temples S’en suivent les périodes grecques, romaines et byzantines où l’on vénérait encore les divinités, mais avec l’arrivée des arabes et de l’islâm, la religion prend le pas. C’est la rupture la plus profonde dans l’histoire de l’Egypte.

Ce pays voit passer des gens célèbres, Alexandre le Grand, César, Cléopâtre, Napoléon. Avec Napoléon et ses scientifiques, l’Egypte garde une emprunte française. Elle passe colonie anglaise et devient indépendante en 1952. Les conflits sont courants avec les voisins ou dans le pays, et la dernière révolution date de 2013.

Pour nous c’est une découverte, le pays, le fleuve, le peuple accueillant et souriant. Nous sommes invités par Wally sur son bateau, l’Albatros, une dahabieh à voile. Nous voguons lentement au fil du Nil, entre Louxor ancienne capitale du temps des pharaons et Assouan. Tout au long du fleuve c’est un cours d’histoire. Les enfants se régalent et découvrent les temples, les tombeaux, les statues, les hiéroglyphes et les carrières de grès. Sur les berges, l’agriculture est florissante avec l’irrigation. Le Nil source de vie. Une bande verte et luxuriante dans le désert où poussent à profusion, les légumes, les fruits, la canne à sucre et les palmiers dattiers. Dans le fleuve, des poissons. Toute une vie alimentée par cette eau. Les grosses pompes remplissent les grands canaux qui se déversent dans de petits canaux. Plus loin, des pompes manuelles amènent l’eau dans les champs. On se déplace principalement en âne. Les enfants nous saluent et Betty devient une attraction. Les nuits sont fraîches et le soleil qui brille toute l’année réchauffe rapidement la terre aride du désert. Ce soir le bateau est bien amarré aux palmiers le long de la berge. Le raïs, capitaine du navire, vient de nous annoncer la venue d’une tempête de sable pour la nuit.

fa 2017 03 01 01

fa 2017 03 01 01

fa 2017 03 01 01

fa 2017 03 01 01

fa 2017 03 01 01

fa 2017 03 01 01

fa 2017 03 01 01

fa 2017 03 01 01

fa 2017 03 01 01

fa 2017 03 01 01

fa 2017 03 01 01

fa 2017 03 01 01

fa 2017 03 01 01

fa 2017 03 01 01

fa 2017 03 01 01

fa 2017 03 01 01

fa 2017 03 01 01

fa 2017 03 01 01

fa 2017 03 01 01

fa 2017 03 01 01

fa 2017 03 01 01

fa 2017 03 01 01

fa 2017 03 01 01

fa 2017 03 01 01

fa 2017 03 01 01