Mardi 15 juin : Les Glaciers

 

8h00 : Nous nous rapprochons du glacier. Nous mouillons sur une petite moraine entre le glacier Margerie et le Grand Pacifique. L’eau est laiteuse, chargée d’alluvions déversés par le glacier. Sa température a considérablement chutée, elle est à 5°, la température extérieure est descendue à 8°.
Le panorama est époustouflant. Le glacier Margerie est blanc tirant vers le bleu phosphorescent, propre à la glace. Quant au Grand Pacifique il est complètement noir, on pourrait croire qu’il est volcanique, c’est pourtant bel et bien un glacier entièrement recouvert de poussière de roche, aussi noire que le charbon. Nous débarquons et prenons de l’altitude, grimpons parmi les amas morainiques. La Fleur repose, solitaire et élégante, dans ce paysage glaciaire. 

13h00 :  Nous levons l’ancre, un phoque se réchauffe sur un growler. Le ciel est couvert, le soleil tente une percée à travers les nombreux alto stratus.

 



20h00 : Nous pénétrons dans Shag Cove, un fjord étroit et très encaissé, entre des sommets de plus de mille mètres. Ces fjords profonds sont le résultat de l’érosion glaciaire due au travail et au frottement. Une masse de glace qui arrache sol et rochers des versants et du lit des vallées est à l’origine du travail.
Nous jetons l’ancre. Des petits cours d’eau se déversent dans la mer. Philou pense que ce doit être un excellent spot de pêche. Aussitôt dit, aussitôt fait, à peine la canne à pêche lancée, il remonte un petit halibut (flétan).

 

 

Texte rédigé par Gérarldine Danon

 

 

Les 100 derniers billets du Carnet de bord