Expédition océan Indien, c’est parti !

2017 12 30 fa 06Nous laissons Fleur Australe quelques jours à Mascat (sultanat d’Oman), sa dernière escale, et c’est par les airs que nous rejoignons le Pakistan. En effet il serait trop dangereux de laisser notre bateau à Karachi pour nous rapprocher de l’Himalaya. Le Pakistan est une zone à risques et on nous a fortement déconseillé d’abandonner la Fleur pour voler vers les sommets enneigés. C’est curieux d’attaquer cette nouvelle aventure avant d’avoir repris le rythme tranquille de la mer et de la vie à bord. Cette fois les embruns ne nous auront pas lavés du stress accumulé pendant les quelques mois passés à terre mais c’est ainsi, nous rentrons dans le vif du sujet, encore terriens. Loup, Laura, Marion ont enfilé leurs polaires et leurs chaussures de randonnée.

Première escale, Islamabad, la capitale administrative. A peine sortis de l’avion nous sommes saisis par l’extrême pollution qui règne dans la ville. Impossible de respirer, un nuage de poussière s’est emparé de la capitale, pourtant verte. La cité fourmille et subit ce pic avec fatalité. On m’explique que depuis quelques jours il est déconseillé de sortir les petits enfants. Nous ne nous attardons pas, Dieu merci, le trafic est dense, la ville n’a rien pour nous plaire.

Dès le lendemain à l’aube nous repartons, sous un soleil de plomb vers Giglit. Nous avons de la chance le vol est maintenu c’est le premier de la semaine, tous ont été annulés pour cause de vents forts. Nous rasons les sommets, c’est de toute beauté. Le ciel est rose, les pics s’empourprent et s’irisent sous la tendre caresse du soleil levant.

Le district de Giglit s’étend au pied de la chaine du Karagoram et abrite le Nanga Parbat, neuvième plus haute montagne au monde ( 8125 mètres), que l’on surnomme la montagne tueuse. A peine posés, nous sommes sous le choc, enveloppés des plus hauts sommets, dominés, calmés, assagis par leur force tranquille. Le lieu mérite assurément sa réputation de joyau du Pakistan. C’est ici que les chaines du Karakoram, de l’Himalaya et de l’Hindu kush se rencontrent. 29 pics de plus de 7500 metres, 101 pics de plus de 7000 mètres, et cinq des quatorze pics au monde à faire plus de 8000 mètres, dont le K2, la fameuse « montagne sans pitié ».

Loup est heureux, c’est un passionné de montagne, il assaille Mubarak notre guide, un alpiniste, qui a fait 3 fois l’ascension du K2. « A-t’on des chances de voir un léopard des neiges, ou un ours bruns, il y’en a dans le coin paraît-il ? » questionne mon petit garçon qui, force est de constater, est devenu un jeune homme. Je suis heureuse de le savoir avec nous, c’est certainement une des dernières expéditions où mes 3 enfants m’accompagneront. Loup ne sera pas là tout le temps car il passe son bac cette année mais il nous retrouvera dès que possible et c’est avec une grande émotion que je les photographie ce matin dans ce lieu unique.

A peine nos sacs posés, nous partons jusqu’à la vallée de Karagah. Au VI e siècle, les rois chinois bouddhistes se sont installés ici pour étendre leur dynastie et y ont construits un monastère. Un bouddha est gravé dans la montagne. Nous grimpons quelques heures, escortés par deux bergers. « C’est un sanctuaire de paix, c’est pour cela que les bouddhistes en on fait leurs fiefs, ils affectionnent la paix de la montagne. Personne ne s’aventure jusqu’ici, c’est un lieu rare » me confie Mubarak. Au retour, le berger m’offre un lapiz lazzulli pour me protéger tandis que nous partageons un thé au beurre salé et succulent. Une voiture de police veille discrètement à la tranquillité des lieux car des talibans fanatiques ont enlevé des femmes dans la zone. Notre guide nous ensorcelle avec les légendes du coin. Nous sommes seuls, loin, si loin de la ville et de ses tourments, un peu plus près des étoiles et notre cœur bat soudain avec le pouls du monde. Nous y sommes, la montagne nous a ouvert la porte de cette nouvelle aventure, nous sommes partis pour plus de 5 mois de mer et grâce à ces envoutants sommets, le silence s’impose et l’aventure se dessine. Nous sommes prêts. Le Pakistan c’est le pays des purs ! Le capitaine sourit.

 

2017 12 30 fa 01

2017 12 30 fa 01

2017 12 30 fa 01

2017 12 30 fa 01

2017 12 30 fa 01

2017 12 30 fa 01

2017 12 30 fa 01

2017 12 30 fa 01

2017 12 30 fa 01

Les 100 derniers billets du Carnet de bord