26 mars : Phuket

On se l’imagine, on en a entendu parler, mais il faut venir la voir de ses propres yeux pour mieux comprendre. Phuket est une île, mais elle est reliée au continent par un pont. C’est grand, montagneux, vallonné. Une côte variée, celle qui est tournée vers la mer d’Andaman, l’océan, les plages, les villages où foisonnent les touristes, ceux qui sont venus chercher le soleil, l’exotisme ou encore les filles thaïlandaises.

2018 03 26 fa 06L’autre côté, la baie de Phuket et ses centaines d’îles, à la géographie si particulière, des dômes de calcaire, puissants, érodés par le temps et les pluies qui en font un décor exceptionnel. Dans celle qui nous fait face, inquiétante au soleil mourant, on est venu tourner un James Bond et l’île s'est alors transformée en une attraction touristique où des milliers de personnes viennent chaque jour découvrir un décor de cinéma, celui de « L’homme au pistolet d’or ». La baie est belle et nous étonne par sa diversité de paysages, ses nombreuses plages, ses grottes, ses îles phalliques, imposantes qui changent de visage au grès des heures. Il faut ruser pour ne pas tomber dans le flot de touriste, mais en adaptant le circuit et les horaires, on s’en sort et nous pouvons goûter pleinement à ce panorama de rêve. Malheureusement les plages sont comme souvent remplies de déchets en tout genre et l’eau vert émeraude, troublée par les proches mangroves, peine à rester intouchée par la pollution ambiante. Les Thaïlandais doivent impérativement prendre conscience du trésor qu’ils ont entre les mains et mettre tout en œuvre pour le protéger.

Nous doublons un village musulman avec sa jolie mosquée dorée. Il est entièrement monté sur pilotis. Les embarcations locales, avec leurs puissants moteurs de voitures, vrombissent sur cette mer d’huile. Le ciel est sombre, les grains se succèdent, et confèrent au paysage une physionomie étrange. Marion danse sur le pont, elle tourne comme un derviche, ruisselante de cette pluie qui ne parvient pas à nous apporter un peu de fraicheur.

Nous organisons notre prochaine navigation vers la Birmanie et le Bangladesh, une nouvelle expédition. Visas, autorisations pour accéder aux îles Mergui et surtout pour le delta du Gange. C’est astreignant, mais c’est le prix à payer pour se rendre dans ces régions sauvages où peu de bateaux s’aventurent. Refaire un plein de nourriture, de fuel et de matériel. La Fleur se prépare pour une expédition dans des contrées lointaines.

2018 03 26 fa 01

2018 03 26 fa 01

2018 03 26 fa 01

2018 03 26 fa 01

2018 03 26 fa 01

2018 03 26 fa 01

2018 03 26 fa 01

2018 03 26 fa 01

2018 03 26 fa 01

2018 03 26 fa 01

2018 03 26 fa 01

2018 03 26 fa 01

2018 03 26 fa 01

2018 03 26 fa 01

2018 03 26 fa 01

2018 03 26 fa 01

Les 100 derniers billets du Carnet de bord