28 Décembre - Lat 64°23S 64°02W

 

22H00

Nous mouillons pour la nuit à Hambourg Bay, côte ouest de l'île Anvers. Le brash envahit bien vite notre mouillage.

 

 

 

Un léopard de mer, bête féroce qui mange krill, manchot et phoque

 

 

 

Une belle rencontre, une baleine et son baleinau

 

 

4H00 du matin

Nous sortons par la côte extérieure de l’île Anvers pour mettre le cap sur les îles Shetland par un itinéraire un peu différent. Après un mille la banquise se densifie et c’est reparti pour un nouveau combat avec la glace, de grosses plaques serrées et denses nous obstruent le chemin. Il n’est bientôt plus possible d’avancer en slalomant car il n’y a plus d’eau libre. Du nid de pie aussi l’horizon est totalement bouché. Nous avons déjà parcouru 10 milles dans la banquise depuis le mouillage et il nous est désormais impossible de faire demi-tour pour contourner par l’intérieur de l’île Anvers. C’est aussi fermé derrière nous que devant. A peine Fleur Australe réussit elle à forcer le chemin en poussant le moteur et à se dégager une voie d’eau libre que les glaces se referment aussitôt derrière elle. C’est impressionnant. Ernesto remarque que l’eau ne sort plus du moteur et pour cause nous aspirons de la mer gelée, qui obstrue le filtre. Nous en ressortons une bouillie de glaçons et ca se remet à couler normalement. Température de l’eau -1,8 °. La Fleur encaisse, les chocs résonnent, nous avons mal et nous tremblons avec elle. Le soleil brille, la glace scintille comme un champ de diamants.

 

 

 

La baleine au milieu de la glace

 

 

 

Loup et Marion à la base américaine de Palmer

 

 

10H00

La Houle fait onduler la glace, ce qui signifie que l’eau libre ne devrait plus être bien loin même si du nid de pie nous ne distinguons que de la glace à perte de vue. C’est sans doute notre dernier affrontement avec la dame blanche pour cette fois. C’est la tempête qui nous attend après. Un gros coup de vent est annoncé et nous devons rejoindre l’île Déception, à 130 milles pour nous abriter.  

 

 

 

Mouillage sauvage sur l'île Anvers

 

 

 

Loup présent sur tous les fronts avec son drapeau du PSG

 

 

12H00

Nous longeons les dernières îles, Anvers, Brabant, Hoseason… Un souffle de baleine vient faire frémir la glace, elles sont deux baleines à bosses, la mère et son baleineau, qui nous régalent d’un ballet pendant une bonne demie-heure. Au loin, le mont Français a la tête dans les nuages. Un léopard se repose sur un gros floes. Les enfants sont sur le pont et traquent le souffle de la déesse des mers. C’est une journée toute douce, qui fait du bien après la tension des derniers jours. On se croirait presque en vacances. Ca fait du bien !

 

 

 

Une colonie de manchot sur la Péninsule Antarctique