15 février : Les Rosarios

 
Nous quittons la jolie ville de Trinidad en milieu d’après midi. La marina se trouve à 12 km du centre et elle n’a pas beaucoup de charme. C’est surtout un point de départ important pour les plongeurs, essentiellement allemands ou italiens. 

 
 
Les rues de Trinidad, comme il y a deux siècles !
 
 
 
Loup fête ses 15 ans avec un succulent gâteau aux marrons
 
 
 
Sur le Cayo Cantiles, un crocodile
 
 
Une nuit de navigation au près, nous nous sommes faits une raison, ce sera sans doute comme ça jusqu’à la Havane et nous atteignons Cayo Largo au petit matin. Pour une fois ce n’est pas Colomb qui en a fait la découverte mais Fidel Castro « l’explorateur. » Une panne d’hélicoptère l’obligea à s’y poser. Séduit par ce petit îlot de paradis, il décida d’en faire un lieu de vacances pour les cubains. C’est ainsi que l’aéroport et le premier hôtel vit le jour. 
 
 
 
La mer est belle et transparente
 
 
 
Une oeuvre qui représente la pollution de cette plage !!!

 
 
La mer est belle et transparente
 
 
C’est devant une plage de rêve à l’eau cristalline et au sable aussi blanc que fin que nous mouillons en ce 14 Février, fête de la Saint Valentin et surtout anniversaire de mon petit Loup qui fête aujourd’hui ses 15 ans. Cela fait six ans qu’il les passe en mer, le premier c’était au cap Finistère et il était sacrément malade, depuis c’était en Antarctique. Alors aujourd'hui, dans ce mouillage de rêve, celui-ci est particulièrement serein et ça tombe bien ! 
 
 
 
Des bouteilles assemblées. Elles semblent provenir d'Haïti.
Les pêcheurs s'en servent pour les casiers
 
 
 
 
 
Tristesse sur une belle plage au sable blanc, comme une robe de mariée.
 
 
Le cayo est malgré tout très préservé du tourisme avec des kilomètres de plages sauvages difficilement atteignables autrement qu’en bateau, pour notre plus grand bonheur. Nous quittons l’île à l’aube et empruntons le canal du Rosario. Nous relâchons à une vingtaine de milles à l’ouest, à Cayo Cantiles. Nous débarquons et sommes accueillis par les gardiens de l’île, ils sont quatre à veiller sur cette réserve de singes, qui abrite aussi de nombreux iguanes, des Jutias (sorte de ragondins terrestres) et des crocodiles. 
 

 
 
Un groupe de musique dans la ville de Trinidad entonne des chants révolutionnaires
 
 
 
Un des gardiens du Cayo Cantiles
 
 
Il y a 93 singes, le gouvernement les a fait venir sur l’île pour faire des tests en cas d’épidémie. « Ils sont en quarantaine, certains sont également dirigés plus tard vers les zoos du pays » m’explique le gardien. Nous ne verrons pas de singes, juste un crocodile. En fin de journée nous allons mouiller à quelques milles sur l’île du Rosario, la plage de plus de 7 km est sublime, tout à fait sauvage, l’eau est translucide. Un vrai paradis si ce n’était ces déchets plastiques en tout genre, cela va de la Tongue aux bouteilles en plastique. Nous identifions quelques pots de beurre en provenance d’Haïti et des bouteilles assemblées les unes aux autres qui servent de flotteurs aux pêcheurs pour leurs casiers. Un désastre que cette pollution en provenance des côtes Haïtiennes. Nous appareillons la nuit tombée pour l’île de la Juventud.