1er Juillet : Quarantièmes brumeux

46° Nord 57° Ouest : Une épaisse chape de brume s’est abattue sur Fleur Australe, on ne voit pas à 50 mètres. Nous retrouvons l’ambiance propre aux quarantièmes et les fulmars argentés sont venus nous rendre visite.

Lire la suite

29 juin : Nouvelle Ecosse

C'est avec plaisir que nous rentrons dans le joli petit port de Lunenburg. Il y a six ans nous y avions fait escale sur notre route vers le Passage du Nord Ouest. Bien protégé, c'est un vrai havre, ancien port de pêche.

Lire la suite

26 Juin : Vers la Nouvelle Ecosse

 

Derniers jours passés dans le Maine à visiter les jolis ports de Rockport et Camden  nichés dans de petits abers verdoyants. De très jolies embarcations au mouillage et des villages coquets, très british et très chics.

Lire la suite

23 Juin Le Maine

Belle traversée avec les requins Pèlerins avant de rejoindre Portland à l'aube: capitale maritime de la région. Les ferries sillonnent la baie et vont débarquer passagers, voiture et vivres dans les nombreuses petites îles alentours.

Lire la suite

Marblehead / Gloucester

Marblehead, en français, tête de marbre, est un joli petit village aux maisons anciennes et bien entretenues, anciennes demeures de capitaines de voiliers, de pêche ou de commerce.

Lire la suite

18 juin, Boston


Nous empruntons le Cape Cod Canal qui permet de rejoindre Boston sans passer par les îles de Martha's Vineyard et Nantucket et fait ainsi gagner de précieuses heures. Le brouillard masque le pont jusqu’au dernier moment.

 

 

 

Un bateau de pêche au tableau arrière ouvert pour ranger les casiers

 

 

 

Fleur Australe au mouillage avant d’arriver à Boston

 

 

Courte escale dans le petit port de pêche de Scituate et nous arrivons à Boston en fin d’après midi. On est d’abord surpris par le calme qui semble s’échapper de la ville contrairement à la folie ambiante et à cette bande son affolante qui étourdit d’emblée lorsqu’on arrive à New York. Une belle goélette rentre au port, les avions décollent à la chaîne et survolent Fleur Australe. Le ciel s’est éclairci, la brume a laissé place au soleil, un nuage à l’horizon. Nous relâchons dans la Waterboat Marina, en plein centre ville. Nous partons à l’assaut de la ville et en profitons pour faire les dernières courses pour le Grand Nord. Le style est plus anglais, les gens moins excités, il fait bon vivre à Boston, on le ressent immédiatement. Ce sera une courte escale car nous poursuivons notre remontée vers le Nord et faisons voile dès le lendemain vers Marblehead à quelques milles.

 

 

 

Un cachalot, on en trouve des vrais dans les eaux environnantes !

 

 

 

Boston centre ville

 

 

 

La marina au pied des tours

 

 


 

17 juin, Mystic Sea Port


Mystic Sea Port ! Philou en rêvait depuis des années : découvrir ce lieu mythique de la voile aux Etats-Unis. Il en a toujours entendu parlé, depuis Tabarly ou par Titouan qui y est allé en 1979, dessiner les goélettes morutières, comme la célèbre « Blue Nose ». Cette année c'est chose faite.
 

 

 

Doris qui servaient à la pêche à la morue

 

 

 

Baleinières

 


Il faut serpenter le long d'une petite rivière, la Mystic River, encombrée de bateaux au mouillage et de marinas avant de trouver un pont de chemin de fer qui nous barre la route. Les trains passent et entre deux rames, on nous ouvre le pont qui tourne sur lui-même. Un peu plus loin un autre pont se lève, nous voilà libérés... devant nous, le petit port musée !

 

 

 

Le capitaine admire les bateaux au musée

 

 

 

Loup devant le Dunton, goélette morutière



Ici dans les années 1800 jusqu'en 1900, toute la rivière était un immense chantier de construction naval. On y construisait des baleiniers, des bateaux de pêche et toute sorte d'embarcations. Le calme de la rivière y est propice, les terrains sont adaptés à la construction et à la mise à l'eau.

 

 

 

"Florence", un clin d’oeil à notre amie disparue

 

 

 

Le "Florence"

 


Sous un bon crachin breton, nous arpentons ce petit village reconstitué. Les bâtiments en bois abritent des ateliers, une imprimerie, la forge, la menuiserie, la voilerie ou encore l'atelier de gréement. A flot, différents bateaux de grande taille, un baleinier, le « Charles W. Morgan » et ses baleinières accrochées aux bossoirs. Le Joseph Conrad, trois mâts, navire marchand.

 

 

 

Le baleinier Charles W. Morgan

 

 

 

Le baleinier Charles W. Morgan

 


Nous visitons longuement le Dunton, une goélette morutière de 40 mètres de long, un sister ship de « Blue Nose ». Ce bateau est impressionnant par son élégance. Bateau racé et rapide qui parcourait les bancs de Terre Neuve et ceux de Saint Georges pour la pêche à la morue. Sur son pont une vingtaine de doris, petite embarcation que l'on pouvait empiler les unes dans les autres. Les poissons était salés et entreposés dans les cales. Les formes élancées de ces bateaux ont été dessinées pour les rendre rapides. Il fallait être les premiers sur les lieux de pêche et le retour au port se passait sous forme de régate, chacun espérant arriver en tête.

 

 

 

Nous empruntons le Cape Cod Canal pour rejoindre Boston

 


Le long d'un wharf, nous tombons sur le « Florence », petit bateau de pêche en bois. Un clin d'œil à notre amie disparue. Nous levons l'ancre et repassons les ponts. Le vent souffle et emporte la pluie qui ne cesse de tomber. Une ambiance des bancs de Terre Neuve pour nous rappeler la rude vie des marins et des pêcheurs qui ont sillonné ces eaux, à la voile, sans moteur, ni GPS et dans la brume. Mythique Sea Port !!!

 

Long Island

Nous faisons escale à Greenport, à l'extrémité est de l'île de Long Island. C'est une île de 200 km, qui part de New York et s'en va vers l'est en longeant la côte. A l'extérieur, de grandes plages qui bordent l'Atlantique, et dans son nord le Long Island Sound, plan d'eau abrité que sillonnent quantité de petites embarcations, voiliers et cargos.

 

 


A Greenport, Laura pose sur les anciens doris utilisés pour la pêche


Le beau temps est avec nous, il fait chaud, et l'eau encore fraîche nous fait le plus grand bien lorsqu'on y saute du bateau. Shelter Island, est un mélange de Golfe du Morbihan, de bassin d'Arcachon et d'Île de Ré. Les courants sont forts, les plages et bancs de sable jalonnent la côte et on y cultive la pomme de terre. Voiliers, bateaux à moteur, canoës, ferrys, tout le monde se croise dans ce plan d'eau abrité. Les pêcheurs sont nombreux mais la pêche y est très règlementée, avec taille minimum des poissons autorisées et périodes de fermeture pour permettre la reproduction. Cela semble être efficace, car il en reste et les passionnés se font plaisir. Les palourdes et les huîtres abondent. Un vrai plaisir pour nous qui aimons les fruits de mer. Nous avons sorti les cannes à pêche, mais le poisson est resté discret.

 

 

 

 Laura et Marion font l’école à bord avec Lise

 

 

 

Bateau de pêche, modèle canoë à pédale !



Nous avons rendez vous avec José, un ami installé ici. Passionné de pêche sous-marine, il nous conte ses plus belles prises, mais aussi nous donne quelques frissons en nous racontant les différentes sortes de requins qui peuplent la région. Des requins blancs ont été repérés dans les eaux de Montauk et certains ont des balises qui permettent de suivre leur parcours à travers le monde, car, dixit José, un requin repéré ici a été aussi localisé en Afrique du Sud. Cela ne nous empêche pas de faire le tour du bateau à la nage et de nettoyer sa carène en vue des navigations futures, car son séjour dans les eaux américaines a laissé le temps aux algues de pousser sur la coque. Près de trois heures dans l'eau pour parfaire la carène et nous devrions gagner quelques nœuds de vitesse.

 

 

 Laura s’arme de patience pour sa première prise !

 

Nous levons l'ancre pour Mystic Sea Port, où se trouve un musée de vieux bateaux. La pluie a remplacé le soleil des jours passés. La température a chuté et nous revoilà avec bonnets et blousons chauds. C'est un air de Bretagne qui nous revient ce matin.