22 juillet : Ilulisaat

Deux jours de navigation pour rejoindre Ilulissat au départ de Kangaamiut. Le vent est du nord, en plein de face, les marins disent en plein dans le nez, c'est le pire des scénarios. Heureusement il n'est pas très fort.

C'est avec l'aide du moteur que nous gagnons des milles sur cette route. Nous passons le cercle polaire, cette ligne imaginaire qui détermine le passage dans le grand nord. Le capitaine nous remet notre diplôme en bonne et due et forme, même le chien y a le droit.

 


 

Les baleines à bosse font leur show



 

Soleil de minuit


C'est un autre monde qui s'offre à nous. Le soleil ne se couche plus, en cette saison. Il tourne en décrivant un large cercle et dans le nord il frôle l'horizon sans s'enfoncer dans la mer comme il le fait aux Antilles ou ailleurs. Nous l'observons dans sa lente descente, mais la brume retombe soudaine, comme une chape de plomb dans notre décor qui se limite en quelques instants à quelques mètres. 

Devant nous la baie de Disko, une des huit merveilles du monde. Si elle n'est pas répertoriée dans les sept merveilles, c'est qu'ici ne vivent que quelques tribus perdues, quelques villages d’Inuits, oubliés du monde. 

 


 

Les baleines à bosse font leur show



 

Marion immortalise un iceberg dans la Baie de Disko

 

Nous sommes accueillis par les baleines. De loin on repère leur souffle puissant qui vaporise un nuage de gouttelettes d'eau dans l'air calme du matin. Elles viennent ici se nourrir de krill et de plancton. Un groupe de trois baleines à bosse sont organisées pour rassembler dans un mouvement en spirale qui part du fond jusqu'à la surface, les poissons, crevettes ou calamars. Ils vont emplir leur grande bouche ouverte qui va éjecter à travers les fanons l'eau, et retenir à travers ce peigne, tous ces petits poissons qui vont la nourrir. Nous les suivons à distance pour ne pas les gêner. Elles nagent, respirent et prennent leur souffle pour une apnée de quelques minutes. Elles plongent, nous montrant d'abord leur dos arrondi et ensuite leur queue qui ruisselle de cette eau qu'elles vont percer jusqu'aux abysses. Nous attendons impatients leur remontée. Elles cheminent ainsi et se nourrissent en prévision des longs mois d’abstinences qui vont les mener sur les lieux de reproduction dans la mer des Caraïbes. Elles sont de grandes voyageuses à travers l’Atlantique. On se sent proche d'elles. Peut-être les avons-nous croisé cet hiver durant notre expédition dans les grandes Antilles. C'est à leur nageoire caudale que l'on peut les identifier de manière individuelle. C'est leur empreinte digitale. Leur chance, c'est qu'il n'y a pour elles, aucun contrôle aux frontières. Bienheureuses les baleines !

 


 

4/5 du volume de l'iceberg est immergé



 

La famille au grand complet

 

En milieu d'après-midi la baie de Disko s'ouvre à nous et nous offre son plus beau spectacle, le bal des icebergs. Les enfants s'agitent en tous sens avec leurs appareils photos. Ils sont des milliers, posés sur l'eau dans une parfaite harmonie. Colosses majestueux aux formes variées que la nature à elle-même façonnés au hasard de l'érosion. Falaise verticale, pente douce, arche ou pyramide, c'est le hasard qui décide. Pas un sculpteur, pas un peintre ne peut imaginer de pareilles formes. Tout  concorde, tout est beau, majestueux. Un plaisir des yeux qui ne lasse pas l’émerveillement. Dame Nature, tu nous combles !  Nous nous prosternons devant tant de beauté, de force. La glace, l'iceberg est un aimant irrésistible, une drogue qui nous prend par sa force. 

 


 

Bleu comme l'iceberg



 

Dans le port d'Ililussat une petite Inuit prend la pause

 

Bientôt Illulissat et ses maisons colorées apparaît derrière son mur de glace. « On se croirait dans Game of Throne » s'exclame Loup. Les Filles sont surexcitées. Nous n'avons pas passés une nuit au mouillage, depuis au moins 15 jours. Vers 19 H00 nous relâchons, au port, tandis que quelques pécheurs rentrent au port, chargés de Halibut (flétan). Nous sommes accueillis par Kampe, le spécialiste du Kayak au Groenland.

 


 

Beaucoup de glace dans le port



 

Avec Kampe Absalonsen fondateur du kayak club

 

Demain nous ferons le plein d'eau, de fuel et poursuivrons notre remontée vers le Nord.