1er Août : Mer de Baffin : latitude 74°06

Nous poursuivons notre remontée vers le Nord. Le spectacle est toujours aussi beau. Une côte de montagnes roses et or, couronnées de neige éternelle, se déversant en glaciers chaotiques avec des cathédrales de glaces aux mille facettes qui étincellent comme des diamants sous le soleil radieux. L’inlandsis est de plus en plus visible, il est au contact de la mer par ici. Nous bataillons contre la glace. De la vieille banquise provenant du fond des fjords, mélangée à de très nombreux icebergs, recouvre la mer. Pas facile de se frayer un passage sur cette mer de glace. 
 
 
Le pain de sucre dans la baie de Nuusuaq
 
 
Fleur Australe au village de Tasiusaq
 
Fleur Australe se dessine en ombre chinoise sur les colosses de glace, et j’aperçois mon reflet, caméra au poing, qui défile lentement sur cet écran gelé.
 
 
Habitation traditionelle dans les villages
 
 
Balade sur fond d'icebergs
 
C’est toujours avec une certaine appréhension que nous approchons d’un iceberg : le centre de gravité peut être subitement déplacé par la fusion de la partie submergée, soit spontanément, soit sous la faible impulsion du sillage. L’énorme construction, en équilibre instable, éclate alors ou chavire. Les vagues de houle ainsi créées suffisent à elles seules à mettre le bateau en danger, si toutefois il échappe au millier de tonnes qui peuvent l’écraser. Il faut cependant passer, confiants dans notre bonne étoile. 
 
 
Le seul véhicule du village
 
 
Une peau de phoque qui servira aux habits pour l'hiver
 
Nous franchissons des couloirs étroits et sinueux, dont les crêtes semblent atteindre le ciel. De temps en temps nous retrouvons une vague nappe d’eau libre et Fleur Australe glisse sur l’eau de velours. 
 
 
La jeunesse groenlandaise
 
 
Nos moussaillons dans les haubans veillent sur la glace
 
Nous relâchons finalement devant le petit village de Tasiusaq qui abrite à peine 200 personnes. Un pêcheur rentre avec un phoque dont il exhibe fièrement la peau. Les chiens hurlent sans discontinuer. En fin de journée nous reprenons la mer. Je suis au nid de pie et guide Philou dans ce labyrinthe de glace. Vers minuit nous jetons enfin l’ancre à Nuusuuaq. Un iceberg vient bientôt nous bloquer et nous oblige à embosser (une amarre au quai). Le lendemain nous sommes attendus, ce n’est pas souvent qu’on voit un bateau par ici et nous faisons l’attraction. 
 
 
Marion a trouvé une copine
 
 
Simple et rustique et un peu de désordre...
 
Petite balade dans le village. Nous sommes invités à venir fêter un anniversaire. Pas facile de se faire comprendre, nous parlons avec les mains et avec les yeux. Ce qui est certain par ici c’est qu’avant tout, c’est le cœur qui parle et il parle juste avec une chaleur, une générosité sans pareil.
 
 
Invitation au goûter d'anniversaire