Fleur Australe Video - Episode 15 on line

Click HERE to view Episode 15 of the Fleur Australe expedition, which covers the arrival of the boat in Australia and a tour of the Wonthaggi desalination plant. Discover the innovative solutions developed by Degrémont, a subsidiary of SUEZ Environnement, part of the GDF SUEZ Group, to meet the critical drinking water shortage in Australia. This episode recounts the construction of the incredible Wonthaggi seawater desalination plant, which meets one-third of the demand of greater Melbourne, and a visit with Paul, member of the Landcare Association, which is reforesting the Australian bush.
 

Mardi 14 février : Pléneau

Hier 18h00 : Retour à la base pour vérifier mon pansement. Nous sommes invités à boire une vodka autour du bar puis prenons congé de nos hôtes.


06h00 : Nous levons l’ancre, le ciel est gris. On retenait un bout de banquise alors il nous faut larguer les amarres rapidement pour ne pas se retrouver coincés par cette plaque. Nous embouquons le Penola Strait, naviguons dans le brash. Vue imprenable sur la Kodak vallée dans le passage Lemaire.

 

Le même au matin.

 

On l’appelle ainsi car c’est elle qui est le plus photographiée en Antarctique.

 

Lemaire Channel. De toute beauté!


10h00 : Nous croisons notre premier bateau, un paquebot, le Boréal. Le capitaine, Etienne Garcia, monte à bord et nous offre de bons petits pains au chocolat et des prunes qui tombent à pique pour fêter la saint Valentin et l’anniversaire de Loup.


11h00 : Nous louvoyons dans le cimetière des icebergs entre Pléneau et Booth Island avant de rejoindre le mouillage encerclé de cailloux de granite, tous lisses et tous ronds.

 

Laura devant l'île Booth, où a hiverné Charcot avec son bateau le Français.

 

Au loin le cimetière aux icebergs.


12h00 : Déjeuner d’anniversaire. Le petit Loup fête ses 12 ans.

 

L'anniversaire de Loup, 12 ans.

 

9 ans dans le golfe de Gascogne, 11 ans à Mangaréva aux Gambier, 12 ans en Antarctique. Notre jeune aventurier a hâte de rentrer en France et de retrouver ses copains. Il a fini le CNED il y a quelques jours mais commence à trouver le temps long. Nina lui manque et ses deux petites sœurs l’excèdent. Il a passé son après-midi à pécher sans succès tandis que nous partons en expédition à terre à la découverte des manchots Papou, que nous ne rencontrons que depuis quelques jours.

 

La colonie de manchots Papou.

 

La colonie importante est dispersée. Les adultes et les juvéniles partagent l’île avec une colonie de cormorans. Ils ne semblent pas aller plus Sud. Cette espèce a une aire de répartition très étendue mais compte relativement peu d’individus par rapport aux autres espèces du genre (Adélie et Jugulaire). L’archipel des Falkland accueille la moitié de la population mondiale avec environ 110 000 couples. Les Papous sont sensibles au dérangement et abandonnent facilement leurs nids, nous prenons donc soin de ne pas les approcher de trop près.

 

Le cormoran n'est pas farouche!

 

Notre mouillage de Pleneau.

Vidéo Fleur Australe - Épisode 15 en ligne

Retrouvez ICI le 15ème épisode vidéo de l'expédition Fleur Australe qui revient sur l’arrivée du bateau en Australie et la visite de l’usine de Wonthaggi. Vous découvrirez ainsi les solutions innovantes trouvées par Degremont, une filiale de SUEZ Environnement faisant partie du Groupe GDF SUEZ, pour pallier le manque d’eau potable. Cet épisode relate la construction de l’incroyable usine de Wonthaggi, une usine de dessalement d’eau de mer qui permet de répondre aux besoins de la population de Melbourne ainsi que la rencontre entre l’équipage et Paul un membre de l’association Landcare qui replante les arbres du « bush ».

Lundi 13 février : Base ukrainienne de Vernadsky

Aujourd’hui il fait un temps superbe et la température est montée jusqu’à 8° au soleil. Le ciel est d’un bleu limpide et les sommets enneigés rivalisent de beauté.

 

Fleur Australe amarée le long de la banquise devant la base Vernadsky.


10h00 : Nous débarquons et sommes accueillis à la base par des ukrainiens. 

 

Encore un acceuil chaleureux avec l'équipe de la base Ukrainienne

 

Ils sont 11, la relève arrive après un an le 26 mars. Ils n’ont quasiment pas reçu de visites à ce jour car jusqu’il y a une semaine la glace fermait l’accès à la base. Ils sont sympas. A la stature particulièrement imposante, parlent à peine l’anglais. La base a été effectivement achetée un pound symbolique aux anglais en 1996. Le joli bar demeure, il a vu passer tous les nouveaux explorateurs de l’Antarctique, de Damien à Pélagique. C’est une anthologie et effectivement il fait bon vivre près du billard et du jeu de fléchettes. Il y a même un petit magasin de souvenirs, qu’ils ouvrent pour notre passage, voilà de quoi satisfaire nos petits aventuriers en mal de société de consommation. Ils repartent chacun avec un petit manchot en fourrure marqué de la latitude 65°14’. Nous rencontrons d’ailleurs sur l’île nos premiers manchots Papous, particulièrement mignons avec leurs becs rouge et leurs taches blanches sur la tête. Ils sont réputés pour être les plus rapides sous l’eau.

 

Notre premier manchot Papou.

 

Antoine est embarqué pour une partie de pêche par le météorologiste, le plus costaud de la bande. Lorsqu’il vous tape sur l’épaule amicalement, vous reculez d’un pas. Pas question de refuser l’invitation ! Je montre mon doigt de plus en plus enflé au médecin de la base, qui me l’immobilise après l’avoir soigné : « Toutes les pathologies infectieuses en Antarctique sont à considérer avec précautions. Il ne faut pas prendre ça à la légère. » m’explique t-il en Ukrananglais.`

 

Géraldine avec le médecin de la base de Vernadsky pour lui soigner le doigt.

 

En route pour la visite de la base


14h00 : De retour au bateau les enfants sortent leurs cannes à pêche et passent l’après midi à traquer le poisson, des Notothenia, la morue locale.

 

Une journée ensoleillée et de pêche à la ligne

 

Antoine nous en a rapporté quelques-uns, les œufs sont le caviar local. Nous nous en sommes régalé au déjeuner. Le léopard de mer s’agite autour des appâts et tourne autour du bateau. Les growlers viennent flirter avec Fleur Australe, ils sont littéralement collés au bateau.

 

Les growlers viennent flirter avec la Fleur

 

Cette journée de détente à des airs de vacances. Cela détend l’atmosphère et nous en avions grand besoin. Aujourd’hui l’humeur est à la légèreté et le moral au beau fixe.

 

Dimanche 12 février : Les îles Argentines

65°14’ Sud

64°15’ Ouest


Hier 18h00 : Le vent est monté jusqu'à 40 nœuds puis a molli et basculé du Nord-Est au Nord-Ouest. Les conditions semblent stables, le baromètre remonte, nous décidons de lever l’ancre et de faire route sur une vingtaine de milles vers Mutton Cove, un mouillage entre deux ilots qui se referment au bout de deux parois verticales. Cela ressemble à un fer à cheval. C’est très joli mais très difficile de s’amarrer sur la côte car les parois sont lisses, il n’y a pas de cailloux et le fond n’accroche pas. Nous mouillons quand même par 20 mètres et passons la nuit dans ce décor exceptionnel.

 

06h00 : Nous levons l’ancre. Le vent est faible, de nord. Le ciel est gris et brumeux avec des grains de neiges.

 

Route au nord

 

09h00 : Nous avons quitté le Crystal Sound pour le Grandidier channel, entre les îles Biscoe et la terre de Graham.

 

Dans le Grandidier Channel, la banquise est encore présente.

 

Nous sommes bloqués à Larrouy Island par une banquise impénétrable qui nous empêche d’emprunter le Harrison, passage pour remonter au nord vers les îles Argentine et le mouillage Faraday. Nous faisons demi-tour et contournons l’île Larrouy par sa droite. Antoine est au nid de pie pour nous guider dans la glace.

 

Les beaux reflets

 

17h00 : Le soleil découvre la péninsule Antarctique, ses sommets enneigés et ses glaciers satinés se dessinent dans un ciel bleu turquoise parsemé de quelques cirrostratus.

 

Iles Argentine, avec au fond la Péninsule de Graham.

 

Nous embouquons le Penola Strait et relâchons à Vernadsky, anciennement Faraday dans les îles Argentine, que Charcot nomma ainsi en hommage au gouvernement Argentin qui l’a beaucoup aidé lors de son expédition avec le Français entre 1903 et 1905. Nous contournons la base scientifique qui est occupée par des Ukrainiens. Elle est réputée pour être la base la plus confortable et la plus accueillante d’Antarctique. Jusqu’en 1996 c’était une base anglaise, elle portait le nom de Michael Faraday, le découvreur de l’électromagnétisme avant d’être vendu aux Ukrainiens pour une pound afin que les activités scientifiques demeurent. Nous jetons l’ancre au raz de la banquise dans le fond d’une baie. Nous embossons sur Winter Island. Un léopard de mer à 5 mètres de nous se repose sur la glace. En bon voisin il ouvre une mâchoire impressionnante pour nous signaler qu’ici c’est lui le maitre.

 

Nous avons collé Fleur Australe à la banquise. Mouillage tranquille.

 

Au mouillage à Faraday, un gentil voisin, un Léopard de mer !

 

Attention, belles dents !

Les 100 derniers billets du Carnet de bord