Les Gambier, l'archipel du bout du monde

L’archipel des Gambier est le plus reculé de Polynésie française : il se trouve à 1 700 km de  Tahiti, soit 3 heures 40 de vol. Le profond lagon fait des Gambier un archipel majestueux.

 


Saphir, indigo, turquoise... les paysages des îles de Gambier sont riches en couleurs. Et pour cause, l'archipel, entouré d'une barrière corallienne de 90km, est composé de 14 petites îles montagneuses toutes différentes les unes des autres dont les trois plus importantes sont Aukena, Akamaru et Taravai. L’ile principale et chef-lieu, Mangareva, est la seule habitée de façon permanente, par 1 200 personnes.
Autour des Gambier, le lagon prend une forme de losange et offre des eaux relativement fraîches qui permettent la production de perles de qualité. La perliculture fait travailler 1 800 salariés répartis dans 129 exploitations de fermes perlières (dont 14 sociétés), alors que le tourisme y est peu développé, du fait de l'éloignement avec Tahiti et du prix du billet d'avion.

Pourtant, l'archipel possède un potentiel certain. Son climat, maritime tropical, offre des températures fraîches (12°C au mois de juillet) qui favorisent la végétation comme les cocotiers, les palmiers, les pandanus, le tiaré, l'arbre à pain, les pamplemoussiers ou encore les caféiers qui produisent une variété unique, parmi les plus succulents du monde. (voir l’article de Géraldine Danon du 31 aout 2010)

Son passé historique est également unique. Peuplées à partir du XVIIIe siècle, les îles des Gambier ont été repérées par le pirate anglais Edward Davis en 1687 puis par le britannique James Wilson, en mai 1797, qui la baptisa du nom de l'amiral Gambier qui soutenait la mission. Ce n'est qu'en 1826 que Frederick Beechey pose le pied sur l’île. En 1834, la Congrégation des Sacrés-Coeurs fondée à Poitiers lance la première mission catholique. L'explorateur français Jules Sébastien César Dumont d’Urville y accoste quatre ans plus tard. En 1844, les îles sont placées sous protectorat français, sans que celui-ci soit ratifié par le gouvernement français. Ce n'est qu'en 1881 que les îles sont officiellement annexées par la France.

Depuis, l'archipel des Gambier a su garder son charme et ses plages magnifiques.

 

Rédaction : NéoPlanète

 

Lundi 4 juillet: Préparation de la prochaine expédition

En vue de notre prochain trajet entre la Nouvelle Zélande et l’Antarctique, j’ai profité de notre séjour en France pour me renseigner sur la possibilité d’obtenir des renseignements sur la présence d’Icebergs dans le Pacifique Sud. J’ai pour cela pris contact avec la société CLS et le Dr Franck MERCIER, réputé pour ses traitements d’images satellites. Ils utilisent pour cela l’altimétrie qui leur permet de détecter une anomalie de surélévation  au niveau de la mer. Ils peuvent ainsi repérer des objets d’une taille minimale de  100 mètres, qui dans ces régions et après étude des trajectoires peuvent être identifiés comme des Icebergs. Cet organisme a notamment travaillé pour l’organisation du Vendée Globe de façon à limiter le risque pour les concurrents de rentrer dans des zones où la glace est présente. Il a également collaboré sur les tours du monde de Frank Camas et de Thomas Coville.

Pour notre projet, qui est d’explorer cette partie sud du Pacifique, nous avons décidé de rentrer dans cette zone d’Icebergs. Reste à avoir une idée sur la concentration d’Icebergs afin de voir si certaines zones ne sont pas trop encombrées. Nous travaillons sur les cartes des années 2009, 2010 et 2011, qui ont servi aux différentes courses et records. Nous n’avons pas la possibilité pour le moment de commander des études pour 2012, car les couts de ces relevés et études sont relativement chers. Néanmoins une étude comparée des années précédentes nous donne déjà un aperçu sur la zone. Notre étude sur le terrain avec le relevé des icebergs en visuel, intéresse les scientifiques qui vont pouvoir la comparer avec leur relevé pris par satellite.

 


Carte de positionnement des icebergs dans le Pacifique Sud en décembre 2010



A Ifremer, avec Fanny Ardhuin, nous avons aussi accès à des cartes définissant la limite de la banquise chaque jour, avec une précision de l'ordre d’une 10aine de kilomètres. Elle nous donnera également des renseignements sur les Icebergs.

  

Carte de la limite de la banquise en juin 2011



Etude de la température et de la salinité


Je suis retourné à Brest pour une visite à l’Ifremer et au laboratoire de Fabienne Gaillard qui est en charge de la surveillance  des Océans. Nous continuerons à effectuer pour eux des prélèvements de température et de salinité tout au long de notre navigation grâce à des sondes placées à l’arrière du bateau. Nous allons faire des prélèvements d’eau, chaque jour, en remplissant des petits flacons qui seront ensuite analysés.

 

 

 

Sonde de température et de salinité placée à l'arrière du bateau.



Relevés pour Météo France


Fleur Australe fait partie des bateaux sélectionnés pour la transmission de relevés météo. A bord du bateau sera installé un baromètre électronique, une sonde de température/humidité de l’air, et des relevés de vent ainsi que de la couverture nuageuse seront effectués. Toutes ces données seront envoyées 4 fois par jour via le système Iridium à Toulouse.

Chantier à Tahiti


Le bateau qui est au chantier TechniMarine est désormais prêt. La peinture sous marine a été effectuée. Nous pourrons donc sans attendre le remettre à l’eau et reprendre la mer quelques jours après notre arrivée.
Nous emportons dans nos bagages, toute une liste de matériel, pièces de rechange pour le moteur, livres, cartes et équipement divers, pour notre navigation dans les mers australes.



Contact Média

Notre partenariat avec Europe 1 est renouvelé, et Géraldine sera en direct sur  Europe 1, dans l’émission de Laurent Cabrol, pendant tout l’été et dans l’émission d’Arlette Chabot à la rentrée.


Philippe Poupon





Préparation de la prochaine expédition

En vue de notre prochain trajet entre la Nouvelle Zélande et l’Antarctique, j’ai profité de notre séjour en France pour me renseigner sur la possibilité d’obtenir des renseignements sur la présence d’Icebergs dans le Pacifique Sud. J’ai pour cela pris contact avec la société CLS et le Dr Franck MERCIER, réputé pour ses traitements d’images satellites. Ils utilisent pour cela l’altimétrie qui leur permet de détecter une anomalie de surélévation  au niveau de la mer. Ils peuvent ainsi repérer des objets d’une taille minimale de  100 mètres, qui dans ces régions et après étude des trajectoires peuvent être identifiés comme des Icebergs. Cet organisme a notamment travaillé pour l’organisation du Vendée Globe de façon à limiter le risque pour les concurrents de rentrer dans des zones où la glace est présente. Il a également collaboré sur les tours du monde de Frank Camas et de Thomas Coville.

Pour notre projet, qui est d’explorer cette partie sud du Pacifique, nous avons décidé de rentrer dans cette zone d’Icebergs. Reste à avoir une idée sur la concentration d’Icebergs afin de voir si certaines zones ne sont pas trop encombrées. Nous travaillons sur les cartes des années 2009, 2010 et 2011, qui ont servi aux différentes courses et records. Nous n’avons pas la possibilité pour le moment de commander des études pour 2012, car les couts de ces relevés et études sont relativement chers. Néanmoins une étude comparée des années précédentes nous donne déjà un aperçu sur la zone. Notre étude sur le terrain avec le relevé des icebergs en visuel, intéresse les scientifiques qui vont pouvoir la comparer avec leur relevé pris par satellite.

 


Carte de positionnement des icebergs dans le Pacifique Sud en décembre 2010



A Ifremer, avec Fanny Ardhuin, nous avons aussi accès à des cartes définissant la limite de la banquise chaque jour, avec une précision de l'ordre d’une 10aine de kilomètres. Elle nous donnera également des renseignements sur les Icebergs.

  

Carte de la limite de la banquise en juin 2011



Etude de la température et de la salinité


Je suis retourné à Brest pour une visite à l’Ifremer et au laboratoire de Fabienne Gaillard qui est en charge de la surveillance  des Océans. Nous continuerons à effectuer pour eux des prélèvements de température et de salinité tout au long de notre navigation grâce à des sondes placées à l’arrière du bateau. Nous allons faire des prélèvements d’eau, chaque jour, en remplissant des petits flacons qui seront ensuite analysés.

 

 

 

Sonde de température et de salinité placée à l'arrière du bateau.



Relevés pour Météo France


Fleur Australe fait partie des bateaux sélectionnés pour la transmission de relevés météo. A bord du bateau sera installé un baromètre électronique, une sonde de température/humidité de l’air, et des relevés de vent ainsi que de la couverture nuageuse seront effectués. Toutes ces données seront envoyées 4 fois par jour via le système Iridium à Toulouse.

Chantier à Tahiti


Le bateau qui est au chantier TechniMarine est désormais prêt. La peinture sous marine a été effectuée. Nous pourrons donc sans attendre le remettre à l’eau et reprendre la mer quelques jours après notre arrivée.
Nous emportons dans nos bagages, toute une liste de matériel, pièces de rechange pour le moteur, livres, cartes et équipement divers, pour notre navigation dans les mers australes.



Contact Média

Notre partenariat avec Europe 1 est renouvelé, et Géraldine sera en direct sur  Europe 1, dans l’émission de Laurent Cabrol, pendant tout l’été et dans l’émission d’Arlette Chabot à la rentrée.


Philippe Poupon





Les 100 derniers billets du Carnet de bord