Vendredi 9 juillet : La marina

Un héron scrute l’horizon sur le petit ponton de notre ilot. Nous sommes à un quart de mille de la marina où la Fleur se fait belle. Une dizaine de phoques se prélassent autour d’un rocher. La température a considérablement chuté depuis hier. Promenade dans la forêt de cèdre rouge, nous longeons une petite plage corallienne.


L'île et la marina

 

L’eau est claire, quelques grosses méduses et beaucoup de kelp. Mis à part les phoques, on se croirait dans le golfe du Morbihan, des petites iles et beaucoup de courant. J’aperçois un aigle à tête blanche. Bien discret, caché sur son arbre, un hibou nous observe. Philou est au chantier, il est descendu dans le puits de quille décoller les nombreuses moules et doit changer les anodes du propulseur d’étrave. Il vient me chercher en annexe à l’heure du déjeuner. Il y a beaucoup de hangars à bateau dans la marina, des abris flottants comme des garages, une vieille habitude du temps où les bateaux étaient en bois et craignaient de rester dehors. J’ai hâte de reprendre la mer, même si cette escale forcée a tout pour plaire, la Fleur me manque et le rythme sympathique de notre vie à bord aussi.



Le capitaine et son navire

 

Texte rédigé par Géraldine Danon

nutriset 250

Les 100 derniers billets du Carnet de bord