La rivière des Perles, 11 janvier 2019

Nous avons quitté Hong Kong hier. Ce matin, le ciel est gris, une petite pluie balaye la Fleur. La mer est grosse et confuse. C’est l’hiver et malgré une latitude tropicale de 22° nord, il ne fait que 15° C. Nous avons attendu une météo favorable, dans une petite baie au pied d’une colline verdoyante, car si à Hong Kong les buildings grimpent en hauteur, et ont souvent la tête dans les nuages, il y a beaucoup de zones vertes, boisées et des plages dans les nombreuses baies autour de l’île.

Le territoire de Hong Kong, possède plusieurs îles. Certaines habitées, d’autres construites et sans voiture ou encore désertes. Sur l’eau c’est le balai incessant des bateaux qui sillonnent l’archipel. Ferris, cargos, porte-containers, bateaux de police, pompiers, pêcheurs, une véritable ruche nautique. Sur l’écran de navigation, une multitude de cibles, indiquant les bateaux, leur direction et leur vitesse nous obligent à une veille permanente.

Hong Kong est le plus grand port de porte-containers au monde. On exporte les produits de Chine, une plateforme qui dessert l’Asie et le monde entier. Les bateaux repartent vers l’Europe, l’Afrique, l’Australie, les Etats Unis et l’Amérique du Sud. Hong Kong est un port franc, sans taxe, ce qui facilite les échanges commerciaux.

Nous laissons derrière nous la New York asiatique, ses buildings de verre et d’acier, son métro, ses tramways. Ici on travaille dur, nuit et jour. Ça grouille de monde et sur les petites routes étroites qui serpentent la montagne, défilent les bus à doubles étages et les taxis rouges.

Nous tirons des bords dans une mer hachée, désordonnée. Le vent de la nuit a déchainé les flots. Les vagues brisent sur notre bateau, des cataractes d’eau se déversent sur le pont. Fleur Australe fend la houle. L’eau est grise, c’est encore la rivière des Perles qui se jette dans l’océan entrainant avec elle les alluvions de la Chine. Nous gagnons le large, l’eau s’éclaircie lentement et le vert émeraude réapparait. Nous croisons un gros porte container « CMA CGM LAMARTINE », bateau français en route pour Hong Kong.

Remerciements au Royal Hong Kong Yacht Club.
A Paul Blanc agent Jeanneau en Asie qui nous a accueilli à Hong Kong.
A Franck Ibanez qui nous a conduit dans les méandres des autorités.
A Mike Horn qui nous a fait rêver avec ses aventures extraordinaires.

2019 01 11 fa 01

2019 01 11 fa 01

2019 01 11 fa 01

2019 01 11 fa 01

2019 01 11 fa 01

nutriset 250

Les 100 derniers billets du Carnet de bord