Le Passage du Drake. Lat 56°27 Sud /Long 65°14 Ouest

Hier 19H00 Nous larguons les amarres. Puerto Williams disparaît à l’horizon. Nous descendons le Beagle et cheminons à travers les dernières îles de la Terre de Feu, Navarino, Picton, Lennox….pluies d’étoiles qui s’évanouissent dans notre sillage. Un paquebot tout illuminé nous double, emportant son flot de touristes vers le Horn mais il ne s’aventurera pas plus loin.

 

 

 

Philou accroche le mouton aux haubans

 

 

8H00 Nous apercevons l’île Horn enveloppée de brume, dernière sentinelle avant le redoutable passage du Drake. Le vent est faible mais la mer houleuse comme toujours dans cet océan sans limite. Aucune terre pour arrêter la mer déchainée par tant de liberté. Nous marchons à 8 nœuds et Philou déroule le génois. Le vent forcit, 20 nœuds au portant. Conditions idéales. Nous hissons le mouton acheté à Puerto Williams dans le hauban. Ils ont omis de lui couper la tête ce qui donne lieu à une scène gore, digne d’un Jack Nicholson en délire, scie ensanglantée et enfants morts de rire.

 

 

 

Fleur Australe en mer dans le Drake

 

 

17H00 Le vent forcit encore mais les conditions sont très favorables. Marion n’échappe pas au mal de mer. Nos petits moussaillons doivent se ré-amariner. Nous retrouvons les oiseaux du grand large, damiers du cap, pétrels, grands albatros. A bord la vie s’organise et nous reprenons nos habitudes. Le ciel est gris comme la mer. Encore 410 miles avant l’île Eléphant. Bientôt les premiers icebergs…

Les 100 derniers billets du Carnet de bord