Dimanche 6 janvier : Torres Del Paine

La Patagonie a son diamant, le Torres Del Paine. Les Torres, trois belles dents de granit qui s’érigent vers le ciel. Il faut tourner autour de ce massif énigmatique qui a crevé la terre en formant un bouquet de roches aux multiples couleurs et aux silhouettes fluctuantes, pour découvrir sa richesse.

 

Le massif de Torres Del Paine dans les nuages

 

Les nuages se forment sur les montagnes

 

Marion en route pour le lac azul

 

Sa beauté ne s’arrête pas là, car ce joyau est posé au milieu de lacs allant du gris au bleu éclatant, entouré de glaciers qui viennent illuminer ce décor absolument incroyable. Il faut saisir les moments de grâce où les nuages jouent avec la montagne et laissent passer un rai de lumière qui vient ensorceler et exploser ce feu d’artifice de la nature. Après notre navigation dans les canaux, ce lieu magique nous offre le meilleur. Nous sommes sous le charme, émerveillé par tant de splendeur. Une piste serpente et à chaque détour d’un col, d’une falaise, une nouvelle photo s’impose. Les guanacos sont ici chez eux. Préservés, ils sont peu farouches.

 

Le guanaco sympa et peu farouche

 

On croise des nandous, des tatous traversent la route et dans le ciel les rapaces, ombres funestes, guettent une proie.


14h00  Nous partons au sein d’une vallée profonde, surplombée par des falaises abruptes aux sommets enneigés. La roche est à nue. En bas une rivière serpente au milieu des éboulis de  rochers. Nous avons rendez-vous avec Cristobal, gaucho, qui a abandonné ces moutons pour se consacrer aux chevaux. Nous enfourchons des chevaux sauvages, dressés depuis à peine quelques mois. Loup ouvre la piste. Nous ne sommes pas fiers, plus habitués à chevaucher les vagues des quarantièmes.

 

Les chevaux sauvages

 

A cheval pour chevaucher les montagnes

 

En face de nous d’autres montagnes, féroces, insolentes de beauté.

 

Des montagnes feroces

 

On aperçoit la ligne qui marque la fin du Chili et le début de l’Argentine, derrière c’est Calafate. La frontière se profile devant nous en haut des crêtes. L’endroit décèle un autre mystère.

 

Au loin l'Argentine

 

Cristobal a vu, à plusieurs reprises, des ovnis. Des lumières scintillantes entourant une soucoupe volante et sa grand-mère nous assure qu’elle aussi les a vu et que derrière la montagne au fin fond de la Cordillère demeurent des géants venus d’une autre planète. Demain, la suite de nos aventures, si les petits bonhommes verts ne nous ont pas enlevés.

Les 100 derniers billets du Carnet de bord