Samedi 19 Janvier : Puyuhuapi

 

Une bonne surprise nous attend dans notre nouveau mouillage. Le thermomètre du bateau nous indique une température de l’eau à 20°. D’où vient cette remontée rapide sachant qu’il y a seulement quelques jours elle ne dépassait pas les 10° ? La réponse vient de la montagne et de ses sources chaudes qui fument à travers la forêt. Elles se déversent le long du rivage dans quelques piscines naturelles où il fait bon se baigner. Dans ces petits bassins la température dépasse les 39° et un plongeon dans la mer s’impose pour se refroidir.

 

 

Ca ressemble aux Iles Vierges des Antilles !

 

 

 

Une cascade bien rafraîchissante.

 

 

Nous avons définitivement quitté les canaux du sud, froids et austères, pour ceux du nord qui deviennent tropicaux par cette douce journée de l’été austral. Ce beau temps est de mise avec la présence d’un anticyclone qui depuis plusieurs jours nous gratifie d’un ciel parfaitement bleu et de températures qui montent à plus de 25° dans la journée. Fini les bonnets et les gants, nous avons sorti les shorts et les tongues…

 

 

Une plage de sable blanc !

 

13h00

Les enfants s’en sont donné à cœur joie dans les piscines naturelles. Nous quittons ce mouillage enchanteur après un dernier bain de mer dans le fjord aux cotés d’une otarie qui s‘est aventurée dans ces eaux chaudes, cap au nord. De nouveaux chenaux s’ouvrent devant nous.

 

Retour de la cascade.


18h00

Nouveau mouillage à Caleta Punta Porvenir, qui ressemble à une plage des îles Vierges aux Antilles. Sable blanc, rochers arrondis et soleil radieux. Décor magique avec au fond de la baie une belle cascade qui a dévalé la montagne pour venir se jeter au bord de la plage. C’est le rassemblement de quelques familles de pêcheurs venues pique-niquer pour le week-end. Ils habitent un petit village de 150 personnes à quelques milles de là. Ils viennent  profiter de la cascade car sur leur petite île, l’eau douce manque. L’endroit se prête à la fête et sur fond de musique chilienne, le soleil se couche dans l’eau calme des canaux tandis que la lune se lève derrière la montagne. La nuit va être belle.

 

Un groupe de pêcheurs préparent les lignes pour le merluza pêché par 300 mètres de fond.

 

Des bonnes gueules.

Les 100 derniers billets du Carnet de bord