Mercredi 30 Janvier : Mechuque


C’est un archipel de plusieurs petites îles, qui forment en leur milieu un plan d’eau abrité où Fleur Australe a beaucoup de plaisir à se reposer après ces trois mois de rythme soutenu. Les marées sont importantes et donne à ce décor des facettes différentes tout au long de la journée.

 

 

 


Mechuque, le port.

  
 
  
Une petite anse, découverte à marée basse, est traversée par un pont et donne à ce village un air de petite Venise avec ses maisons colorées sur pilotis, les Palafitos.
 
 
 


Une famille revenant avec une cargaison de moules
.

 
 
 

Décor de cinéma où vivent environ 500 habitants. Tout y est rustique et l’électricité n’est disponible qu’à partir de 18h00, ce qui fut une véritable catastrophe pour notre petit équipage, partis manger une glace au village. Pas d’électricité donc pas de congélateur. Les petites princesses versent une larme et devront attendre la prochaine escale.

 

 

 


Au loin, la Cordillère des Andes.

 
 
 
Sur le rivage, un bateau en construction avec quelques pécheurs qui s’activent. Sa taille semble déterminée par la longueur du terrain, coincé entre la route et la maison. Une belle étrave et un arrière large. Les bordés ne sont pas jointifs mais le calfat viendra étanchéifier cette coque solide. Près de la mer, l’étuve, un cylindre d’acier chauffé par un feu va permettre de cintrer les planches récalcitrantes. Dans quelques mois, il ira rejoindre la flotte déjà importante qui sillonne la baie.
 
 
 


Le bateau en construction.

 

 

 


Une belle coque se repose sur la grève.

 

 

 

Mechuque vit au rythme des marées et les pêcheurs nous proposent du poisson pour quelques pesos. Le soir, lorsque le soleil se couche et que la température baisse, nous grimpons dans la vallée. En prenant de l’altitude, on aperçoit la Cordillère des Andes nimbée de lumière orangée.

 

 

 


Le calme du soir.

 

 

 

Nous avons fait la connaissance de Mickel, cinéphile, il s’est improvisé une petite salle dans sa maison où il projette des films aux habitants sur son écran télé. Demain j’irai faire son portrait pour qu’il me raconte sa vie et sa passion. Il prête son vélo tout neuf à Loup qui part fièrement arpenter le village. A l’aube nous irons ramasser des palourdes avec la famille de pêcheur qui habitent devant le bateau. Ainsi va la vie dans cette île toute douce…

 

 

 


Peu de voitures dans cette petite île.

 

 

 

Les 100 derniers billets du Carnet de bord