28 décembre : Santo Domingo

 

Traversée de nuit depuis la Romana, vent de travers, sous génois et grand voile, marchons à 7 nœuds. Loup a pris ses quartiers d’été sur le pont, bien emmitouflé dans son duvet, avec son chien lové contre lui. 

 

 

Loup, supporter du PSG a hissé son drapeau !

 

 

Nous relâchons au yacht club Saint Cristobal dans le port de Saint Domingue juste en face de la vieille ville, au pied de la citadelle. Nous sommes dans la rivière Ozama et c’est particulièrement sale. Il y a des bidonvilles le long et les poubelles partent dans la rivière pour finir bien entendu en mer, contribuant ainsi à la pollution que l’on rencontre malheureusement trop souvent. 

 

 

La statue de Christophe Colomb à l’entrée du port

 

 

Al’aube, nous doublons la statue de Christophe Colomb. Philou se souvient : « Je suis arrivé ici en vainqueur en 1984, à bord du grand catamaran, Fleury Michon 7, c’était « la route de la découverte », qui partait d’Espagne pour rejoindre Santo Domingo en passant par Salvador au Bahamas. 

 

 

 

Le rio Ozama, envahi par les îles végétales

 

 

 

 

 Saint Domingue est un petit port avec peu d’espace pour les gros cargos

 

 

Moi aussi j’ai des souvenirs dans le coin, j’y ai tourné un film totalement dominicain, «  quatro hombres y un ataud » avec le « Coluche » d’ici, une idole pour ce peuple bien sympathique qui nous accueille avec tant de chaleur. Les douaniers me reconnaissent immédiatement, ce qui fait bien rire l’équipage et facilite les rapports.

 

 

 

Fleur Australe en attente avant de s’amarrer à la petite Marina

 

 

 

Fleur Australe en attente avant de s’amarrer à la petite marina

 

 

Dans l’après midi nous partons à l’assaut de la vieille ville, classée au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco. Santo Domingo fut la première ville des Amériques et la ville de cœur de Christophe Colomb. Il pleut et de gros nuages planent sur le malécon (promenade). Demain nous irons à la rencontre d’un groupe de break dance. 

 

 

 

Le centre ville historique et ses calèches

 

 

En attendant, repos mérité après ces nuits de navigation !

 

Les 100 derniers billets du Carnet de bord