5 janvier : Au près

 

Nous quittons Santo Domingo vers 16h00. Notre ancre est recouverte de sacs plastiques, un frigo flotte et vient heurter la coque. C’est vraiment triste toute cette pollution marine. 

 

 

 

Marion dans la marina au pied de la vieille ville

 

 

Nous sommes très vite confrontés à une grosse mer, directement face à nous, tout ce que j’aime ! Le près : « Deux fois la route, trois fois le temps, quatre fois la misère » me lance le capitaine qui s’équipe comme en Antarctique pour aller naviguer dehors. Il se prend des cascades d’eau en plein visage. L’eau immerge le cockpit. 

 

 

 

St Domingue, la vieille ville

 


 

 

St Domingue, la vieille ville

 

 

Vous l'ai-je dit ? Cette fois-ci, oh comble du luxe, nous avons une petite clim centrale dans le carré qui nous change la vie. Hé bien elle est totalement trempée ! Elle coule dans le bateau, il faut l’enfermer dans des sacs poubelles. Pourvu qu’elle fonctionne encore !

 

 

 

Fleur Australe" Marina Sans soucis"

 

 

La lune est parfaitement pleine, elle brille de tous ses feux et fait danser la mer déchainée. Sommes grand voile haute et trinquette. Prenons un riz dans la grand voile. 

 

 

 

Navigation au près

 

 

 

Navigation au près

 

 

La grosse houle de face rend la vie à bord très inconfortable. Nous passons la nuit ainsi, les enfants renouent avec les joies du mal de mer et Marie fait son baptême du près. Nous devrions atteindre Samana demain dans la soirée. 

 

Les 100 derniers billets du Carnet de bord