11 Janvier : Las Terrrenas

 

Voici une immense baie aux eaux d’un bleu-vert profond, de longues plages dorées bordées de cocotiers, c’est las Terrenas. La nuit que j’avais espérée douce, après ces quelques jours au près et le mouillage rouleur de las Galleras fut plus que mouvementée. 

 

 

 

Cuisine à la Dominicaine pour la préparation du déjeuner de Dimanche

 

 


Cuisine à la Dominicaine pour la préparation du déjeuner de Dimanche

 

 

Le vent a soudainement forcit et la grosse houle est entrée dans la baie. Au petit matin Philou et moi avons décidé de tenter un débarquement avec nos sacs étanches contenant caméra et ordinateur sur la plage, mais les déferlantes ont fait chavirer l’annexe qui s’est retournée violemment après avoir piqué du nez par l’avant, je me suis blessée au dos mais cela aurait pu être bien plus grave. Nous avons eu de la chance.

 

 

 

Fleur Australe au mouillage rouleur,
ce matin le dinghy a piqué du nez violemment en débarquant sur la plage

 

 

 

Très belle plage de Cosson à la belle heure 

 

 

Qu’à cela ne tienne nous débarquons désormais à la nage, c’est moins risqué. En fin de journée lorsque la marée descend cela déferle moins.

 


 

 

Suberbes plages de las Terrenas

 

 

Nous passons une journée paisible à découvrir ce petit village animé qui abrite 3000 français. Le soir venu, l’ambiance bat son plein et le cœur du village s’anime, musique à tue-tête, étalages de fruits, échoppes en tout genre d’où s’échappent les décibels, ça danse, ça parle fort, c’est joyeux ! 

 

 

 

Suberbes plages de las Terrenas

 

 

La pluie vient parfaire cette cacophonie caribéenne et les quelques rues en terre se transforment en fondrières. Las Terrenas a beaucoup de charme. En fin de journée, nous allons tenter de nous échapper de la baie en suivant scrupuleusement notre trace sur l’ordinateur de bord. Auparavant, nous souhaitons aller à cheval explorer la cascade Limon.

 

Les 100 derniers billets du Carnet de bord