16 Janvier : Montecristi

 

Nous quittons la belle baie de Punta Rucia vers 4h00 du matin. Nous contournons le Morro qui marque l’entrée de la baie de Montecristi à l’extrême nord-est de la République Dominicaine tandis que le Soleil se lève dans des harmonies de roses. Christophe Colomb a appelé la région Monte Cristi en l'honneur du Christ, pour la beauté et la grandeur de ses vallées et collines, dignes du Christ.

 
 

 

Les salines de Montecristi, à la rencontre de la famille Garcia exploitants de sel

 

 

On trouve à Montecristi les restes des anciennes salines développées autour de la ville. La plus ancienne, située entre la ville et la plage, est encore utilisée. Nous avons rendez-vous avec la famille Garcia qui exploite le sel de génération en génération. La collecte de sel se fait de la même façon qu’il y a des centaines d’années, avec les mêmes techniques artisanales.

 

 

 

Les salines de Montecristi

 

 

Luis nous mène dans les salines et nous explique le processus, l’évaporation par le soleil et le vent, la cristallisation, puis pour finir, la récolte. «  C’est le processus inverse de ce que vous faites à bord de votre bateau pour désaliniser l’eau de mer » nous explique-t-il. « C’était ainsi du temps des indiens Tainos, ces salines existaient déjà, rien n’a changé » ajoute-t-il. Les salines de Montecristi sont les plus gros producteurs de sel de République Dominicaine. 

 

 

 

Senor Garcia, de générations en générations on récolte le sel à Montecristi

 

 

En marchant dans les salines, on peut observer d’innombrables oiseaux qui vivent dans ces eaux chaudes et peu profondes et cherchent leur nourriture dans la vase. Une des plus belles espèces habitant dans les salines de Montecristi est le grandflamant rose.

 

 

 

Les salines de Montecristi

 

 

C’est Laura, propriétaire du joli hôtel au pied du Morro, qui nous sert de guide pour visiter le village. Nous faisons aussi un gros plein de provisions au supermarché très bien achalandé avant de lever l’ancre ce soir en direction de Haïti, à quelques milles.

 

 

 

En mer nous faisons voile vers Haïti 

 

 

Au coucher du soleil les salines s’embrasent et la ville se reflète dans les bassins polis comme des miroirs. Fleur Australe est prête. Nous quittons la République Dominicaine, des images plein les yeux. Merci à tout ceux qui nous ont guidés à travers ce pays merveilleux. Gracias a todos por la hospitalidad.

 

Les 100 derniers billets du Carnet de bord