11 Avril : Ilhabella

Nous sommes arrivés hier à Sao Paulo après un long voyage depuis Paris, 4 heures de voiture ont suivi l’avion avec le chien et les 3 enfants surexcités avant de prendre le Ferry pour rejoindre Ilhabella où Philou et Fleur Australe nous attendent.

Le capitaine a convoyé le bateau depuis Ushuaia tandis que je suis rentrée en France avec les enfants le temps d’incarner Edith S au théâtre Déjazet pour une trentaine de représentations, un pur bonheur. Le théâtre me manquait et retrouver le plancher des vaches devenait vital.

 

 

 

Fleur Australe au chantier Supmar à Santos, une carène toute neuve pour naviguer dans les eaux brésiliennes.

 


Pendant ce temps Fleur Australe s’est reposée de ses péripéties en Antarctique. Une sortie de l’eau pour un coup de peinture et un nouveau safran lui ont redonné le sourire après ces rudes batailles avec la glace.

Le Brésil et les eaux chaudes recouvrées après toutes ces années dans les pôles à braver la banquise vont faire du bien ! Sur la route qui nous mène jusqu’au ferry je suis d’emblée sous le charme de ce pays surdimensionné à la végétation luxuriante. On sent que la jungle n’est pas bien loin. Le taxi est particulièrement sympathique à l’image des habitants qui semblent au premier abord souriants et chaleureux.

 

 

 

Loup, Laura, Marion, en route pour de nouvelles aventures.

 


Une heure de queue au ferry avec 35° dans la voiture, les enfants qui se chamaillent et le chien qui s’agite pourrait vite fait me faire regretter icebergs et albatros mais c’est sans compter les accords de musique qui s’échappent des voitures et la mer bleu turquoise qui m’invite à la nonchalance. La vibration est sensuelle presque sexuelle. Les femmes quittent leurs véhicules et ondulent au grès de la samba. Nous y sommes. Tudo bom !

13H00 Nous retrouvons le bateau. Béti le chien court dans tous les sens. Elle avait du nous quitter en Nouvelle Zélande, les autorités l’avait renvoyé illico sous peine d’euthanasie s’il la croisait sur les quais. 2 expéditions en Antarctique sans en elle  car les chiens sont également interdits sur le continent antarctique pour ne pas perturber l’écosystème. J’ai peine à vous décrire la joie des enfants qui retrouvent leur chien à bord. L’équipage est de nouveau au complet.

 

 

 

Betty est de retour après 2 ans d'absence.

 


Ilhabela porte bien son nom, elle est magnifique et pointe au dessus du mince détroit qui la sépare du continent, avec ses pics volcaniques, ses superbes plages, son épaisse forêt tropicale et ses 360 cascades. Voilà une belle façon de commencer notre découverte du Brésil. Quasi 90% des 360 km de l’île ont été classés réserve de biosphère de l’Unesco. On y trouve une remarquable profusion de plantes et d’animaux. On y croise entre autres des singes capucins et des toucans.

 

 

 

Betty est de retour après 2 ans d'absence.

 


Nous arpentons l’île de long en large et regagnons le yacht club où nous relâchons en fin de journée. Le bain de mer a des saveurs paradisiaques. Ce soir nous prendrons la mer et remonterons vers le Nord. Elle en a parcouru des milles Fleur Australe avant d’arriver dans ces îles enchantées! 55000 milles soit 105 000 km.

Les 100 derniers billets du Carnet de bord