18 Avril : Mamangua


Si la paradis existe, il doit à coup sûr ressembler à Mamangua, un long fjord où l’on ne peut accéder qu’en bateau, situé à quelques heures de Paraty. Parfois les baleines viennent s’y perdre et on les comprend ! C’est le genre d’endroit où l’on se verrait bien couler des jours paisibles à n’en plus finir. Une poignée d’habitants, une dizaine d’enfants qui s’amusent au coucher du soleil sur la longue plage de sable brun, ils plongent d’une gracieuse embarcation à une autre, dans l’eau vert émeraude, rendue rose à la belle heure.


 

 

Mamangua, un paisible petit port de pêche

 

 

 

Carénage et peinture sur la plage

 

Les pécheurs ont pris leurs petites barques pour aller déposer leurs filets. Le temps semble suspendu. Loup se mêle à la troupe et une partie de foot s’improvise. Fleur Australe est belle, trônant majestueusement au milieu des bateaux de pêches colorés, ce lieu lui va bien. On pourrait être en Afrique, en Polynésie, qu’importe, l’endroit se suffit à lui-même et c’est tout le Brésil que l’on pressent dans cette douce joie de vivre.


 

 

Un bateau en construction

 

 

 

Les enfants jouent dans l'eau au coucher du soleil

 

Vous l’aurez compris le soleil est revenu, à bord chacun a retrouvé ses marques. Chaque jours nous achetons du poisson 50 centimes le kilo aux pécheurs rencontrés au hasard de la mer. Les paysages sont de toute beauté.


 

 

Ici, la pirogue est encore très utilisée

 

L’écosystème Brésilien abrite la plus importante concentration d’espèces animales et végétales au monde, avec un grand nombre d’espèces endémiques. De quoi attiser la curiosité des explorateurs que nous sommes.

 

 

 

La baie paisible

 

Dans la soirée nous retournerons vers Paraty pour que je puisse faire quelques images avec le soleil puis filerons vers Ihla Grande. C’est avec une certaine nostalgie que l’on quitte des lieux de grâce comme Mamangua. 

 

 

Les 100 derniers billets du Carnet de bord