23 Avril : Rio de Janeiro

 
Après une nuit de navigation à slalomer entre les nombreux cargos nous apercevons les lumières de la ville à l’aube et pas n’importe quelle ville : Rio de Janeiro, qui me fait fantasmer depuis toujours. Le soleil se lève sur le pain de sucre et le Corcovado rosit tandis que le Cristo Redentor a la tête dans les nuages.

 

 

 

Le soleil se lève à l'approche de RIO
 

 

Un bateau de pêche nous double auréolé d’une centaine de frégates, la pêche a été fructueuse et les marins nous saluent. Un avion se pose. Les enfants sont sur le pont appareil photo en main pour immortaliser l’instant. Copacabana, Ipanéma, des noms qui nous font  rêver et nous donnent envie de partir à la découverte de la ville de la fête.

 

 

 

Les pêcheurs rentrent au port les cales pleines de poissons

 



Nous amarrons à quai du très élégant yacht club, en plein centre au pied du Corcovado. A l’endroit même où il y a « quelques années » Philippe et le papa de Loup, Titouan avaient relâché dans leur tour du monde avec Tabarly.

 

 

 

Rio est une succession de pics et de pain de sucre

 

 

 

 

Le Corcovado émerge de la brume

 

 

C’est toujours avec une grande émotion que nous arrivons dans les grandes villes. Je me souviens de la première, Lisbonne au petit jour après une rude traversée du golf de Gascogne, je ne l’oublierai jamais. Ont suivi, New York, Vancouver, San Francisco, Los Angeles, Sydney, Auckland et nous voilà aujourd’hui ici à Rio de Janeiro. Nous avons quatre jours pour visiter la capitale, cela risque d’être intense.

 

  

 

La célèbre plage d'Ipanema

 

  

Pour l’heure, direction la plage d’Ipanéma puis nous grimperons au pain de sucre. La plage d’Ipanéma est superbe, surplombée par les pics jumeaux des Dois Irmaos (deux frères). Elle a été rendue célèbre au début des années 1960 par le tube de Bossa Nova, A Garota de Ipanema. La plage devint le lieu de prédilection des artistes et intellectuels. Elle est ponctuée de Postes qui la subdivisent en secteurs aussi variés que la ville elle même. Nous optons pour le poste 10 qui nous a été conseillé par les gens du Yacht club d’Angra. Loup s’éclate dans les gros rouleaux tandis que de somptueuses Brésiliennes aux corps sveltes et bronzés promènent nonchalamment leurs strings le long de la plage.

 

  

 

Le service de nettoyage arpente la plage

 

 

 

 

Une bonne noix de coco, de bon matin

 

 

 Les marchands ambulants proposent des glaces, cocos glacés ou paréos. Il y a la guerre dans une favela juste derrière m’explique le chauffeur de taxi au retour, car un des gars a été tué. C’est décidément la ville de tous les contrastes. La guerre derrière le paradis, les favelas juste au dessus des Palaces 5 étoiles. Il faut de tout pour faire un monde, celui-ci est définitivement éclectique.

Les 100 derniers billets du Carnet de bord