Vendredi 13 Juin, Rio

De retour à Rio ! La ville bat au rythme de la coupe du monde, il y a des écrans géants sur la plage et tous les bars ont au moins 3 télés en marche. Les supporters sont au rendez vous et il est bien difficile de se frayer un passage sur Copacabana. L’ambiance bat son plein et petit Loup est aux anges. Cinq ans à sillonner d’un pôle à l’autre, à essuyer des tempêtes, à supporter le mal de mer, à veiller les icebergs par 60 nœuds de vent  et enfin la récompense, la coupe du monde en direct du Brésil.
 
 
 
 
Nous le lui avions promis et c’est chose faite. Après avoir planté son drapeau du PSG sur la banquise de la mer de Weddell, et dérivé sur un iceberg avec son étendard, c’est sur Ipanéma qu’il affiche fièrement les couleurs de la France. J’ose dire qu’il a mérité son Brésil. Ce matin il a fait son premier direct sur Eurosport, à qui nous tenterons d’envoyer régulièrement des images. La coupe du monde vu de la mer voilà un sujet qui change un peu de ce qu’on nous assène aux infos, plus bucolique. Un peu d’aventure dans le ballon rond, du souffle dans les voiles et un supporter hors pair à bord, ça devrait le faire ! Nous longerons la côte jusqu’à Belém et l’Amazone puis la traversée pour les Antilles.
 
 
 
 
En attendant nous avons retrouvé avec joie le yacht club de Rio, toujours aussi élégant, il échappe à la folie générale. Même si chaque soir la "jet set" s’enflamme devant les écrans géants, tout cela reste très civilisé. J’ai hâte de lever l’ancre et de quitter la ville pour retrouver le calme et la vie sauvage. 
 
 
 
 
Le capitaine a fait un carré extérieur dont j’ai tant rêvé en Polynésie. Fleur Australe est donc prête pour la chaleur même si c’est l’hiver ici et qu’on supporte bien la polaire le soir. 
 
Nous devrions filer vers le Nord d’ici deux jours. 
 

Les 100 derniers billets du Carnet de bord